Thèmes

oubellilkabylie akfadou ali amrane ali ferhati ali irsane ali meziane ali zamoum amar ezzahi amar imache arezki lvachir artisanat azzedine meddour

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· FELLAG ET DILEM (2)
· INZAN ( Proverbes) (1)
· Le mouvement berbere (13)
· LOUNES MATOUB LE REBELLE KABYLE (8)
· Les bijoux kabyles (6)
· Vdeos Kabyles (43)
· Paysages de Kabylie (11)
· La robe kabyle (3)
· La cuisine kabyle (3)
· A TIZI OUZOU le coeur de la kabylie (3)

Rechercher
Derniers commentaires Abonnement au blog
Recevez les actualités de mon blog gratuitement :


Articles les plus lus

· INZAN (proverbes kabyles)
· TIFINAGH ou l'alphabet Berbere
· robes kabyles par TAFSUT
· Matoub Lounes le rebelle kabyle
· burnous kabyle

· les dairas et communes de Tizi ouzou
· SMAIL YEFSAH LE MARTYRE
· MOKRANE AGAWA
· Kamel Hamadi
· BAHIA FARAH
· Drapeau AMAZIGH ( BERBERE)
· BEN MOHAMED LE POETE DE TOUS LES TEMPS
· SIDI H'MED OUL KADHI ET LE ROYAUME DE KOUKOU
· BERBERE TV (BRTV)
· LES BIJOUX KABYLES

Voir plus 

Blogs et sites préférés

· journalinfos
· ighzer06
· ahcenemariche
· gardoise
· darkwoman
· hacemess
· brahambennadji
· algerietele
· beajohnny
· assalas


Statistiques

Date de création : 09.04.2009
Dernière mise à jour : 09.05.2012
291 articles


Liste de lecture Deezer

BRAHIM SACI

Brahim SACI

Publié le 03/12/2010 à 17:41 par labellerebellekabylie Tags : oubellilkabylie
Brahim SACI

Brahim Saci est né en Algérie, dans un village de Kabylie, Tifrit Naït Oumalek, village célèbre sous la protection du très vénéré Saint Sidi M'Hamed Oumalek. 

 

La tradition rapporte que le Saint Sidi M'Hamed Oumalek s’y est établi probablement vers la fin du XIVème siècle. Brahim Saci est l’un de ses descendants.



Jusqu’à l’âge de 10 ans, il passa une enfance heureuse au village. Puis il  partit rejoindre son père à Paris . Brahim Saci suit sa scolarité à l’école primaire Eugène Varlin, au collège Gustave Courbet à Pierrefitte, puis au lycée Paul Eluard à Saint-Denis.

Déjà poète adolescent, s’inspirant de Baudelaire (1821-1867), de Rimbaud (1854-1891) et de Nerval (1808-1855), il remporta des prix aux concours de poésie organisés par le lycée Paul Eluard.
Très tôt il a baigné dans les Arts, bercé par les chants berbères que fredonnaient sa grand-mère et sa mère.
Déjà enfant, il était fort doué en dessin, il devint des années plus tard, dessinateur, caricaturiste, métier qu’il pratiqua durant ses voyages en Allemagne, en Suisse, en Autriche, qu’il continue à pratiquer à Paris.

Après un Baccalauréat littéraire, philosophie, langues, il entame des études universitaires à l’Université Paris VIII, à Saint-Denis. Après une licence, langues étrangères appliquées, affaire et commerce, et une maîtrise en anglais, traduction scientifique et technique, il se passionne pour la musique et approfondit l’écriture.



Il devint alors Auteur, Compositeur, Interprète d’expression franco-berbère de Kabylie.
Animateur à Radio Beur en 1992, à Radio France Maghreb en 1995, de 1993 à 1997 il présente des rubriques littéraires dans le domaine berbère à Bellovaque FM. A Beur FM de 1996 à 1997, à France Maghreb FM de 1998 à 2000, il présente des rubriques sur l’histoire antique des berbères.

Dans  Exil éternel, il rend hommage à Slimane Azem (1918-1983), ce grand poète philosophe, ce géant, qui a tant marqué la culture berbère, père de la chanson Kabyle

C’est l’espoir d’une culture, d’un peuple. Passage d’un exil volontaire pour le travail à un exil forcé pour fuir l’obscurantisme, comme poursuivi par une malédiction.

Dans Craa, s’inspirant d’une histoire vraie, il généralise, en tire une morale, pour dénoncer la dissolution des relations fraternelles et le matérialisme qui détruit tout en plongeant le monde dans la peur et la misère. Dans la chanson La désillusion, il décrit l’épreuve de l’exil et le passage entre le monde enchanté de la Faculté, le milieu universitaire, et la dure réalité de la vie, comme le passage entre le rêve et la réalité.

Dans 30 ans après, Tlatin lesna mi naada, il fait allusion à l’histoire de l’Algérie, la joie de l’indépendance fait place à la nuit et à la terreur.

Brahim SACI

J’ai vu bien des pays
Mais nul n’égale ta beauté
O soleil de l’Algérie!
Lève-toi, ô liberté!


SOURCE:

Site officiel de BrahimSaci  www.brahimsaci.com






DERNIERS ARTICLES :
ANSUF YIS-WEN BIENVENUE
                           
Matoub Lounes le rebelle kabyle
«Mais la paix renaîtra un jour et mes chants parmi vous célébreront à nouveau le printemps si cher à nos cœurs...». Matoub Lounès-Reportage B.B.C Le 24 janvier 1
DISCOGRAPHIE DE LOUNES MATOUB
    1978 : Ay Izem Ay Izem (Ô lion) Ifenanen Tegrawla-nne? Aqlagh Ya lferh-iw Lehbab-iw Terridh Anfiyi     1978 : Da3wessu A yemma azizen (Très chere mère) Azul felawen
UN POETE PEUT-IL MOURIR?
Lorsque les ténèbres engloutissent la clarté avec la hargne et la boulimie de la bêtise, et que l'on assiste amer au greffage morbide de l'identité millénaire, alors le
L'enterrement de Lounes Matoub
Le 25 juin 1998 à la mi-journée, Lounès Matoub fut assassiné pas loin de son village au cœur de la Kabylie au lieu dit Tiberquqin relevant du village Tala-Bounan da
forum